Péi volcan - Accompagnateur en montagne

Péi volcan - Accompagnateur en montagne

Commentaires

Bonjour La Réunion je suis venu à la Réunion la première fois en Juillet 1966 j avais tout juste 15 ans j étais agent de bord sur le navire Ville du Havre j ai souvent fait le tour de l île et monté au volcan Piton de la Fournaise le barrage de Talamanca j ai fait plusieurs voyages sur différents navires jusqu'à 1978 je suis resté nostalgique de l île qui a beaucoup changée surtout le Port avec un accès difficile nous transportons de tout jusqu' aux voitures et l ont repartait avec un chargement de sucre et de mélasse pour la métropole j ai gardé des liens avec votre si belle Île avec Gilbert Annette maire de Saint Denis même et j ai aussi de la famille à Saint Pierre mais j'ai aussi fait Maurice Mayotte et Madagascar ainsi que tous les pays du Golfe Persique c est toujours un grand plaisir pour moi de publier les vidéos de La Réunion et inciter ceux qui le peuvent à se rendre chez vous en vacances il y a tant de choses à faire et découvrir à part le surf à cause des requins qui viennent gâcher le plaisir de l île et de ses habitants un gros malheurs pour les restaurateurs et Hôteliers mais si on aime vraiment La Réunion ce n'est pas un problème un grand merci à tous les Réunionnais pour leur gentillesse et leur accueil cordialement Lucien de Bretagne Cap Sizun
épisode 6

Du minéral au végétal.
Après chaque coulée de lave, la vie va apparaître et/ou ré apparaître sur un sol chaotique et pourtant fertile passant du noire au gris pour arborer au final une teinte verte.
En fonction de plusieurs paramètres tels que l'altitude, le relief, de la façade au vent ou sous le vent, du type de sol, de l'ensoleillement, les semences venues d'ici ou d'ailleurs vont s'adapter aux conditions particulières qu'offre La Réunion. Mais elles ne vont pas s'installer au gré des hasards mais plutôt dans un ordre naturel bien établit depuis plusieurs milliers d'années d'évolution.
Après le refroidissement d'une lave, des micros organismes vont transformer la roche et apporter des éléments nutritifs dont les premières semences auront besoin. Ce seront donc des espèces héliophile (qui ont besoin de beaucoup de lumière pour se développer) qui seront les pionnières. Un premier stade de colonisation débutera par l'arrivée des lichens et de quelques mousses qui prépareront le terrain, par l'apport de matière organique et mélangé aux fins débris minéraux de la roche accumulé dans les anfractuosités de la coulée volcanique, vont permettre à une strate herbacé (fougères et autres) de proliférer et d'enrichir le substrat pour accueillir les premiers ligneux (espèces constitué de bois). Au fil du temps, certaines espèces vont disparaitre au profit de nouvelles espèces mais cette fois ci des espèces sciaphile préférant l'ombre à la lumière).
La colonisation végétale est en marche.

Porté par les vents, des petites graines vont voyager et s'installer à plus de 2000 mètres d'altitude sur les coulées de lave et les projections de la Fournaise.
Avec des conditions très sévères, cette végétation dite "altimontaine" a dû s'adapter.
Sur les pentes de ce volcan, on a l'impression que la végétation présente est monotone et pourtant, si l'on regarde bien, se cache une végétation d'une grande originalité pour un taux d'endemisme proche des 100% pour une soixantène d'espèces présentes et décrites.
Des plus communes aux plus rares, je vous souhaite une belle découverte.

Benoit Lincy. VolKaventure

On a marché sur la lave
Petit montage vidéo de mon ami Ben Celui Ci qui retranscrit parfaitement ce que l'on a vécu sur les traces du piton voulvoul.
Les ambiances ces decors et surtout ces crépitements, ces clapotis, ces poc poc poc que l'on a entendu venu tout droit du coeur du volcan.

Exploration du Piton de la Fournaise 🤩🤩🤩

Nomination du nouveau "piton voulvoul"
A situation exceptionnel nom exceptionnel.
Ce mot kreol désigne des petites pelote de poussière et ou de poils qu'on retrouve dans nos kaz et toute l'île s'est retrouvé couverte de ces voulvoul mais des voulvoul de cheveu de Pélé émise lors de l'éruption paroxysmale du 2 avril 2020.
Au premier abord, ces voulvoul font penser à ces virevoltants, qui sont des plantes xérophytes, aimant les milieux secs et aride, qui arrivé à maturité se détachent des racines et roulent au gré des vents, dissiminant ainsi leur graines.
Avec le vent tous ces cheveux de Pélé se sont agglutinés les uns aux autres formant ainsi ces fabuleux voulvoul doré, virvoltant pour ce poser contre une plante, un cailloux et même sur le toit d'une voiture.
Jamais il n'y avait eu autant de cheveu de Pélé sur notre volcan.

Ci joint le lien du communiqué de presse de l'ovpf.
https://www.facebook.com/2173450076232968/posts/2668954366682534/

Bon mi sa pass balié, nena tro voulvoul da kaz.

Le volcanisme ce n'est pas seulement de belles fontaines de lave et de belles coulées, c'est aussi tous ces mouvements figés, ces sculptures, ces odeures, ces couleures, ces sons laissés en fin d'éruption.
Et celle du 2 avril 2020 en a laissé beaucoup mortamorphosant le paysage en y rajoutant du contrastes. Un paysage en perpétuel évolution.
A mesure que l'on se rapproche du site, le sol couvert de cheveu de Pélé laisse place à une zone de lapili aussi léger que de la ponce et à une végétation meurtri par la chaleur de la fournaise.
On s'imagine déjà l'ampleur des évènements en se disant qu'heureusement qu'il n'y avait personne à ce moment là. Une sorte de consolation pour ne pas l'avoir vécu.
Après quelques heures de marche, la zone est méconnaissable. Le végétal a cédé sa place au minéral.
Et au milieu trône un large cratère égueulé, tout plat ressemblant fortement au piton tremblet lors de l'éruption du siècle en 2007 à la même date.
Les mêmes fissures, les mêmes couleurs et presqu'aussi gros.
Des fumerolles s'en échappe des fissures envahissant l'espace d'une odeur noseabonde d'oeuf pourri mais vite oublié par les milliers de clapotis émanent du sol comme du papier bulle qu'on éclate.
Le refroidissement est en cours.
Un chef d'oeuvre minéral se dévoile à chaque pas.

Retour en phase de vigilance dès demain L'enclos du piton de la fournaise sera donc ré-ouvert au public.

COMMUNIQUE DE PRESSE DE LA PREFECTURE DE LA REUNION

Suite aux constatations de l’observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise (OVPF), à la reconnaissance terrain effectuée le 13 mai par les services de l’OVPF, du bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), de l’office national des forêts (ONF) et du peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM), ainsi qu’aux risques résiduels qui résultent de la dernière éruption, compte tenu du faible volume de magma érupté et donc qu’une éruption reste possible à moyenne échéance, le préfet de La Réunion a décidé de revenir en phase de VIGILANCE du dispositif spécifique ORSEC* du Volcan du Piton de la Fournaise à compter du jeudi 14 mai 2020 à 7h.

L’interdiction d’accès du public à la partie haute de l’enclos du Piton de la Fournaise est levée à compter du jeudi 14 mai 2020 à 7h.

L’accès à la partie haute de l’enclos reste strictement limité aux trois sentiers balisés suivants :
• le sentier Pas de Bellecombe – Formica Léo – sentier Rivals- Cratère Caubet ;
• le sentier Pas de Bellecombe – Formica Léo – sentier d’accès au site d’observation du cratère Dolomieu (accès par le nord du cratère)
• le sentier Kapor jusqu’à Piton Kapor.

Le sentier Rivals est ouvert à la circulation jusqu’au niveau du cratère Caubet. La portion entre le cratère Caubet et Belvédère sur Château Fort reste interdite d’accès.

Le public devra se conformer strictement aux prescriptions et consignes figurant sur les panneaux d’information et d’avertissement affichés sur le site.

*ORSEC : organisation de la réponse de sécurité civile

http://www.reunion.gouv.fr/piton-de-la-fournaise-passage-en-phase-de-a6619.html

Après 2 mois de confinement, direction le volcan et voire les traces laissées par la fameuse éruption à huit-clos du 2 avril 2020.
Lors de grandes phases paroxysmale d'une éruption volcanique, des explosions violentes et souvent continues projettent des lambeaux de lave très fluide haut dans le ciel.
Et si à ce moment là il y a du vent, les plus fines gouttelettes de lave vont s'étirer en de fins filaments de verre volcanique ressemblant a des cheveux, ceux de Pélé ou Kalla en ce qui nous concerne.
Au gré des vents, ils sont transportés à des km à la ronde. Jusqu'à Saint Denis, la capitale à plus de 50 km du site éruptif et même chez moi à l'Entre Deux sur le pare brise de mon loto.
Une pluie de cheveu s'abat alors tout autour du site en fonction de la direction et de la force du vent et retombe au sol.
(Ça doit être une expérience unique de vivre un tel phénomène, piqûre et gêne garanties).
Plus on est proche du site plus il y en a et toute la zone est recouverte d'une belle chevelure blonde.
Sur les zones désertiques comme la plaine des sables tous les cheveux au sol vont se déplacer et s'agglutiner contre un obstacle, un cailloux, une plante, une crevasse à l'instar des virevoltants qu'on retrouve dans les westerns.
Ils vont donc former des pelotes de cheveu épousant les courbes de son hôte comme une Barbapapa autour d'elle même. Ils peuvent être transporté aussi par ruissellement de l'eau de pluie et s'agglutiner les uns aux autres et former tantôt des dread locks et tantôt des cheveux posés délicatement le long de la route ou aux abords des ravines.
C'est ce que j'ai pu observer pour la première fois sur le piton de la fournaise et certainement de mémoire d'homme, une quantité
phé-no-mé-nale de cheveu de Pélé.
Bien que très beau estétiquement, ils peuvent être dangereux pour les animaux qui les ingèrent.

Une fourmilière dans l'enclos.
Ce petit cratère isolé d'une dizaine de mètres de hauteur tire son nom du fourmilion (Myrmeleon formicarius anciennement Formica Leo) dont la larve creuse un petit entonnoir ressemblant a ce petit cratère pour attirer ses proies (fourmis).
Il est postérieur à la formation de l'enclos (4500 ans) et antérieur au champ de lave de l'enclos Fouqué (clef, milieu 18 ème siècle).
A l'origine ce petit cône composé de 2 cratères stromboliens s'est mis en place le long d'une fissure dans une zone de faiblesse (rift nord 120°) à l'applond d'une chambre magmatique profonde (10 km) localisé sous la plaine des palmistes.
Sa forme applati et l absence de coulées et de projections (mis à part peut être les scories recouvrant la parti haute de l'enclos) est le résultat d'un ennoiement de 5 mètres environ de sa base par le champ de lave (débordement du lac de lave du cratère Bory) recouvrant tout l'enclos et comblant ainsi le vide de cette dernière caldeira et toutes les autres traces d'éruptions (excepté peut être le Puy mi côte?).
Sa couleur rouge est dû à l'oxydation du fer contenu dans la roche.
Très fréquenté du grand public par sa facilité d'accès, le Formica Leo est victime de l'érosion et à tendance à s'applanir un peu plus, donnant l'impression que c'est lui qui repose sur la clef, et il est fortement conseillé de rester sur les traces existantes pour que ce cratère soit encore visible pour les génération future.

Cité du Volcan

Le fond du Dolomieu comme on le verra jamais

En plein cœur du Cratère Dolomieu : la première descente en drone au fond du cratère !

Les drones permettent aujourd’hui de réaliser des images et des mesures qu’il était impossible de faire il y a quelques années. Une conférence sur le sujet sera organisée à la Cité du Volcan, dans le cadre des 40 ans de l’Observatoire Volcanologique du Piton de la Fournaise.

Ces images y seront présentées plus longuement, avec également d’autres images exceptionnelles dont celles des équipes de l’observatoire.

Vidéo tournée par Rémi Viso au Piton de la Fournaise le 01/11/2018 avec un drone Parrot ANAFI.

—————————
#ConfinésMaisPasCoupésDuMonde 😉
#RestZotKaz

www.museesreunion.fr
--------------------

Le 2 avril 2007, une importante éruption se produit à basse altitude sur le flanc Sud-Est du Piton de la Fournaise. Cette éruption est appelée « l’éruption du siècle », car, bien qu’elle ne durera qu’un mois, elle émettra près de 220 millions de mètres cubes de lave.

Après seulement 5 jours d’éruption, au cours de la nuit du 5 au 6 avril, un phénomène spectaculaire transforme le sommet du Volcan, il s’agit de la formation d’une Caldera, un effondrement de près de 350 mètres de profondeur sur environ 800 mètres de largeur et 1100 mètres de longueur.

Pour en savoir plus sur l’effondrement et l’évolution de ce cratère : https://www.facebook.com/2173450076232968/posts/2636273609950610/?d=n

Ça y est c'est fini.
L'éruption s'est arrêté cet après midi après de fortes activitées explosives de ces dernières heures.
Pourvu qu'on en reste là, car la frustration était grande de ne pas pouvoir m'y rendre sur place.
Notre santé passe avant tout et la frustration se guérit très bien a ce qu'il paraît.
Rest zot kaz

Bulletin OVPF - 06/04/2020 - 14h30

Une forte chute de l’intensité du trémor a été observé ce jour, 06/04/2020, aux alentours de 13h30 heure locale (09h30 heure TU ; Figure 1), annonçant la fin de l’éruption en surface.

Aucune hypothèse n’est écartée quant à l’évolution de la situation à venir (arrêt définitif, reprise de l'activité sur le même site, reprise de l'activité sur un autre site), compte tenu de la forte sismicité enregistrée depuis la journée du 5/4/2020 00h (heure TU) et jusqu’à 09h (heure TU ; 13 h heure locale) ce jour : avec 243 séismes volcano-tectoniques superficiels (

Quelques images de l'éruption en cours montrant l'intensité de l activité avec des fontaine de lave assez haute.
C'est la raison pour laquelle on peut retrouver des cheveux de pélée un peu partout dans la région Nord Est et la forte concentration en so2.
Est-ce un regain d'activité avant la fin comme ça c'est déjà vu sur le piton de la fournaise ou une durée dans le temps.

Prises de vue du site éruptif ce matin aux alentours de 10h30 heure locale par la section aérienne de gendarmerie et le PGHM
© SAG/PGHM

L'éruption se maintient et le front de coulée a bien avancé et se trouve en bas des grandes pentes.
Il est encore trop tôt pour dire si elle va couper la route ou pas, car avec le replat et la végétation, sa progression sera beaucoup plus lente malgré un débit de surface qui semble accroître.
A faire a suivre ..... à distance

Bulletin du 05/04/2020 – 9 :00 heure locale
Observatoire Volcanologique du Piton de la Fournaise

L’éruption qui a débuté le 02/04/2020 sur le flanc est du Piton de la Fournaise, aux alentours de 12h20 heure locale, se poursuit. L’intensité du trémor volcanique (indicateur de l’intensité de l’éruption) est relativement stable sur les dernières 24 heures (Figure 1).

Sur les dernières 24 heures :
- aucun déformation significative n’a été enregistrée,
- mais une nette reprise de la sismicité sous la zone sommitale est à noter avec 13 séismes volcano-tectoniques superficiels (< 2 km de profondeur) sur les dernières 11 heures, dont 10 sur les dernières 5 heures.
A noter que suite à cette reprise de sismicité, l’OVPF/IPGP a perdu les données de l'une de ses stations située à proximité de la fissure éruptive (station devenue injoignable). Une demande de reconnaissance aérienne via la Section Aérienne de Gendarmerie a été demandée afin d’avoir un retour visuel de la situation au niveau du site éruptif et voir si d’éventuelles nouvelles fissures se seraient ouvertes.
- en parallèle les flux de CO2 dans le sol sur les stations distales (secteur Plaine des Cafres, Plaine des Palmistes) sont de nouveau à la hausse. Cette hausse pourrait traduire la poursuite d’une ré-alimentation profonde en magma.

Une acquisition du satellite Sentinel1 hier en fin d’après midi (4/4/2020 à 18h52 heure locale) a permis de réaliser une cartographie de la coulée de lave (Figure 2) ainsi qu’un interferogramme afin de visualiser les déformations à l’échelle de l’Enclos Fouqué (Figure 4).

Ainsi hier, 4/4/2020 à 18h52 (heure locale), le front de coulée se situait aux alentours de 800 m d'altitude (contre 1000 m d'altitude le 03/04 matin), soit environ à 3,3 km (contre 3,8 km le 03/04 matin) de la RN2. Compte tenu des pentes dans le secteur, le front de coulée a très certainement du continuer sa propagation dans la nuit. En effet, les prises de vue réalisées cette nuit par la gendarmerie de Sainte Rose et la webcam de l’OVPF/IPGP située à Piton Cascade (Sainte Rose) montre que le front de coulée continue sa progression (Figure 3).
La demande de reconnaissance aérienne permettra de déterminer la nouvelle position du front de coulée.

A noter que les données satellites confirment que les déformations ont été très faibles lors de la propagation latérale du magma vers la surface (moins de 6 cm ; Figure 4). Ceci confirme très certainement que le magma a emprunté un chemin en profondeur déjà bien ouvert et extrêmement fragilisé (par les précédentes éruptions) avant d’atteindre la surface, comme le montre notamment la localisation de la fissure ouverte le 2 avril, dans la continuité de celles de l’éruption du 10-16 février 2020 (Figure 4).

Les débits de surface estimés, à partir des données satellites via la plateforme HOTVOLC (OPGC - université d'Auvergne) sont toujours fortement perturbés par la couverture nuageuse autour du Piton de la Fournaise. Mais une augmentation semble se dessiner sur les dernière 12h avec des débits fluctuant entre 3 et 63 m3/s et une moyenne autour de 15-25 m3/s sur les dernières 12h.

A noter que pendant cette période de confinement l’ensemble des équipes de l’OVPF et de l’IPGP reste mobilisé pour le suivi de cette crise à distance en télétravail et s’appuie sur un dense réseau d’instrumentation (100aine de capteurs permanents installés sur le volcan) dont les données arrivent en temps réel sur les serveurs de l’observatoire.

Niveau d’alerte : Alerte 2-2

Accompagnateur en montagne

Classé au patrimoine mondial de l’UNESCO pour ces pitons, cirques et remparts, La Réunion offre une grande diversité de paysage.

Cette page est une invitation au voyage à travers le temps et l’espace. Des origines à aujourd’hui, d’une explosion à un cri d’oiseau, de la fournaise à la fraîcheur de tamarins, des odeurs de souffres aux parfums des orchidées, d’un ciel apocalyptique au bleu azure.

Alors laissez vous tout simplement tenter par ce que La Réunion à de meilleur, son volcan, sa flore, sa faune, ses paysages et sa culture.

Suiv lo guid

Vous voulez que votre entreprise soit Gym la plus cotée à Entre-Deux?

Cliquez ici pour réclamer votre Listage Commercial.

Vidéos (voir toutes)

Emplacement

Téléphone

Adresse


Entre-Deux, Réunion
97414
Autres Sports & Loisirs à Entre-Deux (voir toutes)
Le Coach en' Bullant Coaching Sportif Le Coach en' Bullant Coaching Sportif
Ambulant
Entre-Deux, 97400

Découvrez "La Méditation Sportive" ®, un concept d'entraînement original.